Votre recherche :

>> Recherche avancée

Étiquette : Victime

[Replay] Etiquette : Les victimes d’agressions sexuelles

Claudine, Sandrine, Tom, Fadma, Eva, Jules et Lara, ce sont les noms de personnes ayant été victimes d’agressions sexuelles que vous allez découvrir dans ce nouvel épisode d’Étiquette. Ensemble ils et elles vont échanger sur ce que c’est que d’être victime d’agression sexuelle et sur les étiquettes qui les accompagnent au quotidien. Lesquelles sont vraies, lesquelles sont fausses.

  • Étiquette – Episode 16
  • Durée : 38 min

france.tv

La parole des victimes de ​violences sexuelles à livre ouvert

Camille Kouchner, Vanessa Springora ou encore Sarah Abitbol : de plus en plus de Françaises optent pour l’écriture d’un livre plutôt que pour un message sur les réseaux sociaux pour raconter les agressions sexuelles qu’elles, ou des membres de leur entourage, ont subies. Un phénomène qui trouve aussi écho au Québec dans les dernières années. Le livre serait-il la voie idéale pour libérer la parole des victimes et briser les tabous ?

ledevoir.com

Victime d’inceste : une prise en charge à 100%

Violences sexuelles, inceste, traumatismes subis dans l’enfance… sont à l’origine de conséquences sur la santé aussi bien physique que psychologique. Pour certaines victimes, un suivi médical est nécessaire pour pouvoir s’en sortir. Ces soins peuvent être pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie.

allodocteurs.fr

La pédophilie, un fléau dans la Caraïbe

L’une des rares études approfondies sur la pédophilie et l’inceste, réalisé par l’UNICEF, dans 6 pays indépendants des Petites Antilles dresse une situation catastrophique. Près d’1 enfant sur 10 serait victime de la pédophilie. Complété il y a 10 ans, les constats du rapport n’ont pas changé.

francetvinfo.fr

La sinistre exception culturelle du #MeToo à la française

Tribune par Laure Murat, Historienne et écrivaine

Adèle Haenel, Vanessa Springora, Camille Kouchner, Sarah Abitbol… Toutes ces affaires sont des affaires de pédocriminalité. Mais le #MeToo à la française se distingue surtout par un autre trait : aucun des accusés n’a jamais reconnu les faits.

liberation.fr