Votre recherche :

>> Recherche avancée

Étiquette : Syndrome d’aliénation parentale

Vidéo – Pédocrriminalité : Le #MeToo des enfants placés

Des mères se sont vues retirer leur enfant pour avoir dénoncé les faits d’inceste commis par le père. Que font les pouvoirs publics de tous ces témoignages ? Rien. Negwe se heurte à un mur de silence et d’incompréhension qu’il est temps de briser.

  • La contre matinale – Le Média
  • Durée : 22 min

lemediatv.fr

Maltraitances : des associations appellent Macron à mieux protéger les enfants

Avec AFP –

Dans une lettre ouverte, huit associations appellent le président Emmanuel Macron à « corriger les dysfonctionnements » de la protection des enfants victimes de maltraitances et d’inceste. Elles réclament une contre-expertise et une décision prise de façon collégiale quand il est mention « d’aliénation parentale ».

europe1.fr

« La lutte contre l’inceste ne justifie pas l’abandon du concept d’aliénation parentale »

Tribune – par Delphine Provence et Paul Bensussan –

La Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (CIIVISE) appelle à proscrire le concept d’« aliénation parentale », qui se définit comme le rejet d’un parent par un enfant après une séparation parentale conflictuelle, au motif qu’il serait un « bouclier » brandi par les pères abuseurs. Delphine Provence, avocat, et Paul Bensussan, psychiatre expert agréé par la Cour de cassation, expliquent pourquoi il s’agit d’une erreur, selon eux.

marianne.net

A qui profitent les révélations du crime d’inceste ?

Lettre ouverte –

« Nous sommes mères d’enfants ayant révélé des maltraitances et l’inceste paternel. Nous avons été choquées de constater que lorsque les mères ont été évoquées dans les médias, c’était pour parler de celles sur lesquelles les enfants ne peuvent pas compter, qui ne voient pas l’inceste, dans le déni, ou le nient et protègent le père »…

protegerlenfant.fr

« Prendre au sérieux la parole de l’enfant ne doit pas être synonyme de la prendre à la lettre »

Tribune –

La CIIVISE vient de rendre son premier Avis, intitulé « À propos des mères en lutte ». Comme le disent à l’unisson les médias médusés, « le constat est glaçant » : 160 000 enfants seraient chaque année victimes de violences sexuelles, alors que 70 % des plaintes seraient classées sans suite. Vingt ans après la publication de son essai La Dictature de l’émotion, quinze ans après l’affaire d’Outreau, Paul Bensussan, psychiatre, expert agréé par la Cour de cassation, et Delphine Provence, avocate, s’inquiètent d’une alarmante régression.

marianne.net