Votre recherche :

>> Recherche avancée

Catégorie : Télévision

Détection et prise en charge de la maltraitance des enfants


Qu’elle soit physique, psychologique ou sexuelle, la maltraitance touche de nombreux enfants. Pour éviter des traumatismes supplémentaires, 56 centres hospitaliers ont décidé de regrouper dans des unités pour mineurs, les différentes étapes de la prise en charge de l’enfant : équipe médicale et judiciaire travaillent main dans la main, comme par exemple au centre régional hospitalier d’Orléans. Le 119 est affiché dans tous les lieux publics accueillant des enfants, pourtant ce service reste peu utilisé. Pourquoi ces réticences ? Pourquoi faut-il sensibiliser ? L’équipe d’Etat de Santé est allée au centre d’appel 119 puis dans une classe de primaire où l’association Enfance et Partage sensibilise les enfants sur leurs droits, dont celui d’être protégé. Invitée : Dr Carolinne Rey-Salmon, pédiatre et légiste qui a ouvert les premières urgences médico-judiciaires pour mineurs.

lcp.fr

Mon dernier été

Alors que la canicule s’abat sur Montréal, Tom, 11 ans, fait la connaissance d’Édith, 11 ans aussi. Il découvre bientôt que sa petite amoureuse porte un terrible secret. Tom finira par perdre son innocence à l’aube de ce premier amour qui devient pour lui le symbole de son dernier été.

arte.tv

Où commence l’inceste ?

Où commence l’inceste, et quels traumatismes laisse-t-il ? Peut-on parler d’inceste quand il n’y  a pas de pénétration ? Les réponses avec le Dr Aurore Sabouraud, psychiatre, et avec Isabelle Aubry, présidente de l’association internationale des victimes de l’inceste.

allodocteurs.fr

Allô Docteurs, Inceste : lever le tabou

Les invités :
Isabelle Aubry, présidente de l’association internationale des victimes d’incestes
Dr Aurore Sabouraud, psychiatre et directrice du Centre de Psychotrauma de l’Institut de Victimologie
Joël Pamplina, témoin

allodocteurs.fr

Allemagne : « un enfant sur sept est victime d’agression sexuelle »

D’après les dernières recherches de la clinique universitaire d’Ulm, « un enfant sur sept est victime d’abus sexuel en Allemagne ». Des crimes qui ont lieu dans tout le pays et qui ne doivent pas être passés sous silence. ARTE Journal a rencontré Markus Diegmann qui, chaque week-end, arpente les marchés du pays. Son objectif : faire signer une pétition pour obtenir l’abrogation pure et simple du délai de prescription pour les abus sexuel sur mineur. Il a lui-même été victime de viols pendant son enfance, mais ne peut plus engager de poursuites judiciaires contre son agresseur.

arte.tv