Votre recherche :

Étiquette : Reportage

La Réunion : une psychiatre se bat contre l’inceste

La psychiatre Christine Douzain se bat pour que l’inceste soit reconnu comme un problème de santé publique. Pour sensibiliser au problème, elle a fait venir à La Réunion une pièce qui se jouait dans un théâtre à Paris.

Certaines représentations sont spécifiquement destinées aux lycéens et d’autres ont lieu en prison, face à des auteurs d’inceste.

arte.tv

Replay Infrarouge : Enfance abusée

3,5 millions de Français ont été victimes de violences sexuelles dans leur enfance. Huit victimes racontent avec pudeur les faits qu’elles ont subies et les conséquences désastreuses que ces viols ont eues sur leur vie. Les enfants sont la plupart du temps sous emprise et se taisent par peur, par culpabilité, ou parce qu’ils craignent de ne pas être crus. Parfois les victimes mettent en place des défenses psychologiques et oublient les événements traumatiques. Souffrance psychique, trouble du comportement alimentaire, addiction à l’alcool et aux drogues, dépressions, tentatives de suicide, les dégâts causés par la pédophilie sont nombreux. Souvent, la reconstruction passe par la parole, et, quand il n’est pas trop tard, la justice.

vimeo.com

Inceste, un poids difficile à porter et à partager: « Il faut rallonger le délai de prescription! »

Marie (nom d’emprunt) a vécu l’enfer pendant huit ans. « Il y a plus de 30 ans j’ai été violée par mon père. Ça a commencé quand j’avais 10 ans et ça s’est terminé quand j’en avais 18. Ça a commencé par des simples bisous puis des bisous de grands, des caresses, des caresses sur tout le corps qui se sont transformées en masturbation ».

rtbf.be

Détection et prise en charge de la maltraitance des enfants


Qu’elle soit physique, psychologique ou sexuelle, la maltraitance touche de nombreux enfants. Pour éviter des traumatismes supplémentaires, 56 centres hospitaliers ont décidé de regrouper dans des unités pour mineurs, les différentes étapes de la prise en charge de l’enfant : équipe médicale et judiciaire travaillent main dans la main, comme par exemple au centre régional hospitalier d’Orléans. Le 119 est affiché dans tous les lieux publics accueillant des enfants, pourtant ce service reste peu utilisé. Pourquoi ces réticences ? Pourquoi faut-il sensibiliser ? L’équipe d’Etat de Santé est allée au centre d’appel 119 puis dans une classe de primaire où l’association Enfance et Partage sensibilise les enfants sur leurs droits, dont celui d’être protégé. Invitée : Dr Carolinne Rey-Salmon, pédiatre et légiste qui a ouvert les premières urgences médico-judiciaires pour mineurs.

lcp.fr