Votre recherche :

>> Recherche avancée

Étiquette : Le Monde

« Toutes les sociétés font de l’inceste un tabou mais cette universalité revêt des formes très différentes »

Dans un entretien accordé au journal « Le Monde », l’anthropologue Maurice Godelier décrypte le sens de l’interdit de l’inceste, présent depuis des millénaires dans toutes les cultures. Un éclairage précieux, alors que le débat a récemment été relancé au point que le législateur souhaite instaurer un principe intangible de non-consentement lorsque les victimes des viols intrafamiliaux sont âgées de moins de 18 ans.

lejournal.cnrs.fr

Inceste : « Ce qui nous manque, ce sont des moyens pour les institutions au contact des enfants, et des politiques de prévention »

Tribune par Caroline De Haas et Madeline Da Silva

Les deux militantes féministes Caroline De Haas et Madeline Da Silva rappellent, dans une tribune au « Monde », que l’urgence n’est pas de renforcer l’arsenal législatif contre les violences sexuelles, mais de donner plus de moyens aux victimes et à ceux qui les protègent.

lemonde.fr

Articles de presse en accès abonné parus suite à l’affaire Duhamel et à #MetooInceste


Fabienne Giuliani, historienne : « On a longtemps cru que l’inceste n’était commis que dans la classe ouvrière »
L’Obs / Rue89 – 24/01/21 – Article par  Emilie Brouze : Comment « le plus vieux tabou » a-t-il pu traverser les siècles ? Entretien avec Fabienne Giuliani, historienne spécialiste de l’inceste, qui explique comment la société française l’a longtemps minoré afin de protéger l’institution familiale.

Inceste : «La famille reste intouchable, on est dans une société très patriarcale»
Libération – 20/01/21 – Article par Cécile Bourgneuf : Le psychiatre Gérard Lopez explique l’incapacité de notre système à écouter les victimes et à combattre l’inceste, qui sévit dans tous les milieux.

L’historienne Fabienne Giuliani : «On a trop décrédibilisé la parole des enfants»
Mediapart – 20/01/21 – Article par Lénaïg Bredoux : Spécialiste de l’inceste, Fabienne Giuliani réagit au mouvement de prise de parole des victimes sur les réseaux sociaux consécutif à la publication du livre de Camille Kouchner. Elle rappelle comment, depuis la fin du XIXe siècle, on a peu à peu discrédité la parole des enfants. Et justifié le pire.

(suite…)