Votre recherche :

>> Recherche avancée

Étiquette : Anthropologie

Inceste, la fin du silence ?

Dans ce billet, Léonore Le Caisne revient sur le silence qui entoure le crime d’inceste, qui est qualifié souvent par rapport à un certain type de parole : celle qui s’adresse à des institutions ou des tiers qui dénoncent ou condamnent publiquement le crime. Mais comment comprendre ces cas où l’inceste est « parlé » voire commenté, sans être nécessairement entendu ou réprimé ?

  • L’inceste en anthropologie : considérations théoriques, analyse des pratiques
  • Des faits « tabous » et non dits ?
  • Le commérage villageois
  • Des engagements moraux différents selon les places occupées
  • Finalement, qu’est-ce que « dire » l’inceste ?

hypotheses.org

« Toutes les sociétés font de l’inceste un tabou mais cette universalité revêt des formes très différentes »

Dans un entretien accordé au journal « Le Monde », l’anthropologue Maurice Godelier décrypte le sens de l’interdit de l’inceste, présent depuis des millénaires dans toutes les cultures. Un éclairage précieux, alors que le débat a récemment été relancé au point que le législateur souhaite instaurer un principe intangible de non-consentement lorsque les victimes des viols intrafamiliaux sont âgées de moins de 18 ans.

lejournal.cnrs.fr

L’inceste, seulement une affaire de famille ?

Par Saül Karsz –

Dans les années 1960, une assertion de l’anthropologue Claude Lévi-Strauss devint célèbre : la prohibition universelle de l’inceste marque le passage de la nature à la culture, inaugurant ainsi les sociétés humaines. Lévi-Strauss généralise ainsi une thèse déjà avancée par Sigmund Freud. Des controverses s’en sont suivies, nombre d’anthropologues et sociologues ont contesté cette assertion difficilement vérifiable vu ses prétentions universalistes et ses multiples exceptions de toutes sortes. La médiatisation contemporaine de plusieurs affaires d’inceste rend la question à nouveau actuelle. Même si elle n’a finalement jamais cessé de l’être.

pratiques-sociales.org

La peur de l’inceste

À l’origine de ce volume, une idée simple : le fondement de l’interdit de l’inceste serait la peur suscitée par son évocation. Mais l’hypothèse inverse est tout aussi envisageable : l’inceste serait rendu effroyable par l’institution de sa prohibition. Évidemment, dans les faits, aversion et interdit se conjuguent, rendant difficile de statuer sur qui de l’effroi ou de l’interdit serait cause de l’autre. En rassemblant une série d’études de cas historiques, ethnographiques et juridiques – de l’empire inca au droit pénal français contemporain, des conceptions d’enfants mongols aux pratiques d’Amérindiens de l’Amazonie brésilienne –, ce volume propose de revisiter la question des fondements de la prohibition de l’inceste à partir de l’examen comparatif des émotions et justifications suscitées par son évocation.

Contributeurs : J. Caruso, S. D’Onofrio, N. Manrique, A. Michelet, M. Moisseeff, M. Romero, É. Stoll, M. Teixeira-Pinto, I. Yaya McKenzie

editionsdelherne.com

Dussy Dorothée, 2013, Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste, Livre 1, Marseille, La Discussion, Familles, genres, générations, 268 p.

Dorothée Dussy, anthropologue de formation, s’emploie à décrire dans son ouvrage la pratique de l’inceste dans les familles françaises, pratique prohibée et condamnée dans notre société. Lors de la rédaction de l’ouvrage, l’inceste n’était pas mentionné en tant que tel dans la loi française, bien que l’ascendance ou la position d’autorité constituent des circonstances aggravantes en cas de viol ou d’agression sexuelle. Depuis, la notion d’inceste a été réintroduite dans le code pénal par la loi n° 2016-297 du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant.

cairn.info

Séminaire : Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste, Livre 1

Dorothée Dussy présentera « Le berceau des dominations, anthropologie de l’inceste, livre 1 », premier opus de sa trilogie sur l’inceste. Ce travail se situe parmi les différents chantiers de recherche qu’elle a menés à Nouméa (Nouvelle-Calédonie), à Montréal (Québec) et en France, dans le but de comprendre le décalage entre le discours et les pratiques sociales réelles.

  • 29 mars 2016
  • Saint-Denis
  • Université Paris 8 – Vincennes

univ-paris8.fr

Séminaire : La sexualité mise à nu

Marie Romero (CNE, EHESS – Doctorante en sciences sociales)

« Qualifier et incriminer pénalement l’inceste : les incertitudes du droit pénal contemporain »

On assiste dans nos sociétés occidentales contemporaines à une évolution marquante en termes de reconnaissance de l’inceste, considéré depuis 2007 par le conseil de l’Europe comme la forme la plus grave de l’abus sexuel sur mineur. En France, au tournant de la loi du 8 février 2010, l’urgence est à la visibilité d’un phénomène difficilement mesurable, et des débats s’engagent entre juristes, pénalistes, législateurs sur l’opportunité d’incriminer l’inceste en tant que tel.

  • 18 mars 2016
  • Séminaire inter-laboratoires d’anthropologie Aix-Marseille

hypotheses.org