Votre recherche :

>> Recherche avancée
Article de périodique

Marie-Pierre Porchy, ancienne juge des enfants : « On sort d’une société incestueuse »

Fiche mise à jour le 11 mai 2021

En bref

Interviewé : Marie-Pierre Porchy
Périodique : Le Journal du Dimanche
Date de publication : 14 février 2021
Etendue : 6 p.

Description

Présentation de l'éditeur :

En trente-six ans de carrière, la juge Porchy a constaté des avancées législatives fortes en matière de viols sur mineurs. Après les annonces du ministre de la Justice, elle regrette que la question du consentement demeure posée pour les agressions sexuelles commises contre des enfants.

Sommaire :

  • Pourquoi, selon vous, la loi actuelle est-elle « perverse » et même « nocive » ?
  • Les annonces cette semaine d’Éric Dupond-Moretti, qui souhaite notamment que soit qualifiée de viol toute pénétration sexuelle d’un adulte sur un enfant de moins de 15 ans, sont-elles satisfaisantes ?
  • Pourquoi n’estimez-vous pas pertinent, dans le cas d’un enfant victime, de distinguer agression sexuelle et viol ?
  • En quoi la troisième catégorie d’infraction, l' »atteinte sexuelle », est-elle problématique à vos yeux ?
  • Pourquoi la proposition de loi Billon, votée au Sénat et qui instaure un seuil de consentement à 13 ans, est-elle selon vous insuffisante ?
  • Le seuil d’âge risque-t-il de pénaliser les relations entre deux mineurs ?
  • Pourquoi n’êtes-vous pas favorable à l’imprescriptibilité des crimes sexuels sur mineurs ?
  • Il y a dix-huit ans, vous écriviez que l’inceste n’existait pas encore dans notre inconscient collectif, malgré un volume d’affaires effrayant. Reste-t-il aujourd’hui un impensé ?
  • Le livre de Camille Kouchner évoque des faits prescrits. Que pensez-vous de la libération de la parole qu’il a suscitée, entraînant une avancée législative ?
  • Comment améliorer la réponse pénale ?
  • À vos débuts dans la magistrature en 1984, l’inceste était traité comme un problème éducatif, pas comme une infraction. Pourquoi ?
  • Les sanctions pénales sont-elles à la hauteur des crimes incestueux ?
  • C’est le rôle de la justice restaurative que vous souhaiteriez développer en France. Dans les cas d’inceste, n’y a-t-il pas un risque de perpétuer l’emprise de l’agresseur en maintenant des liens ?
  • L’affaire d’Outreau a mis en exergue la question de la parole de l’enfant. Pour vous, elle n’est pas une « sous-parole ». Faut-il croire l’enfant d’emblée ?
  • La formation des policiers et des gendarmes est-elle suffisante ?
  • Vous pointez le rôle central des mères dans la mise en place de l’inceste. Pourquoi sont-elles, selon vous, sous-condamnées par la justice ?
  • Vous avancez que les mères sont des « maillons reproducteurs » de l’inceste. C’est-à-dire ?
  • La France a-t-elle un problème avec l’inceste ?
  • Peut-on prévenir ces crimes sexuels ?
  • Vous préconisez surtout d’axer la prévention envers les auteurs…
  • Les mêmes mécanismes sont-ils à l’œuvre chez les pères incestueux et les pédophiles ?
  • L’inceste découle-t-il, comme le soutiennent certaines associations, d’un rapport de domination ?

Note :

Marie-Pierre Porchy, ancienne juge des enfants.

Mots clés SantéPsy :

Inceste, Législation, Juge pour enfants, Prescription juridique, Prévention, Sanction pénale, Réparation, Formation professionnelle, Mère, Auteur de violence sexuelle, Relation dominant-dominé

Mots clés Prisme :

Consentement

Mots clés libres :

Seuil d'âge, Justice restaurative, Système incestueux

Détails

Support : Contenu numérique en ligne
Genre : Presse nationale, Interview, Presse
Langue : français
Numéro de fiche : 560
Type de fiche : Article de périodique
Création : 26/02/2021
Dernière modification : 11/05/2021
Statut : Publié