Votre recherche :

Catégorie : Presse

Un député veut inscrire l’inceste dans le code pénal

La proposition de loi sur la protection de l’enfance, déjà adoptée par le Sénat, est examinée à partir d’aujourd’hui à l’Assemblée en commission et passera le 12 mai dans l’hémicycle en séance publique. Le député PS Bernard Roman (Nord) souhaite lui aussi la renforcer en inscrivant l’inceste dans le code pénal. Une « reconnaissance symbolique importante pour les victimes »

leprogres.fr

Rompre le silence à la hache

Brisez le silence, conseille-t-on souvent aux victimes d’abus. Briser le silence ? rétorque en ruant la blogueuse et désormais auteure Pattie O’Green. « Moi, je parle depuis le début, signale cette victime d’inceste, et ce que je reçois en retour, c’est un silence. Un silence social, qui règne. Et c’est ça qui fait mal. “Libérez-vous en parlant”, disent-ils, mais ce n’est pas libérateur de parler si ce que tu reçois en retour c’est… rien ! »

ledevoir.com

Agnès, le théâtre face à l’inceste

Quand le théâtre se coltine une réalité tragique sans faux-semblant, cela donne Agnès, une pièce écrite et mise en scène par Catherine Anne, violent, étouffant et sidérant travail sur le thème de l’inceste et du viol.

petit-bulletin.fr

L’inceste plus fréquent que ce que l’on sait

Les maltraitances sexuelles sur un mineur au sein même de la famille sont combattues et condamnées par l’ONU depuis près de 25 ans avec l’adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant. Pourtant, l’inceste reste un « fléau de santé publique de l’ombre » selon Cédric Grouchka (membre du collège de la Haute Autorité de Santé) qui s’exprimait ce mercredi 19 novembre lors d’un colloque à Paris. L’inceste est en effet difficile à repérer, mais également à faire reconnaître.

be-actu.fr

Inceste, la machine à broyer

Que nous le voulions ou non nous sommes tous complices du silence qui entoure les cas d’inceste. Voilà, ce que dit Dorothée Dussy, anthropologue, qui a entrepris une longue étude sur l’inceste et ses conséquences que se soit pour les enfants abusés ou pour leurs abuseurs qu’elle est allée rencontrer en prison notamment dans plusieurs centres pénitentiaires de la région Ouest. Elle a publié un premier ouvrage voilà un an. Elle espère que son travail aura un rôle de révélateur et attend des pouvoirs publics des campagnes d’information de grande ampleur sur ce thème. Pour elle, il n’existe qu’un remède : libérer la parole.

breizhfemmes.fr