Votre recherche :

Article de périodique

Fiche mise à jour le 16 novembre 2018

“These are cases which it is inadvisable to drag into the light of day” : Disinterring the Crime of Incest in Early Twentieth-Century England

En bref

Auteurs : Kim Stevenson
Périodique : Crime, Histoire & Sociétés
Numéros : nº Vol. 20, n°2, ISSN 1422-0857 (Imprimé), ISSN 1663-4837 (En ligne)
Dates : Date de publication: 01/12/2016
Liens internet : DOI

Description

Titre :

“These are cases which it is inadvisable to drag into the light of day” : Disinterring the Crime of Incest in Early Twentieth-Century England

Résumé :

Proposals to criminalize incest in England and Wales, which was formalised in several the Incest Bills from 1899 to 1907, met considerable resistance from the Lord Chancellor who thought the subject too repulsive for public debate. Concerned that the issue would be greatly magnified if such crimes were prosecuted through the criminal courts he believed that the press could not be trusted to report them responsibly. Ultimately, two amendments ensured that the Punishment of Incest Act 1908 was passed, which ruled that the Director of Public Prosecutions must approve any prosecution and that such trials must be held in camera. This article suggests that as cases started to be prosecuted in the courts, it was not only the press but also judges and magistrates who expressed disquiet about such censure. The article also offers some commentary on the difficulties of accessing historical sources in relation to the historiography of incest.

,

Les propositions de criminalisation de l’inceste en Angleterre et au Pays de Galles, formalisées dans plusieurs propositions de lois entre 1899 et 1907, se heurtèrent à une résistance considérable de la part du Lord Chancellier qui estimait la question trop répugnante pour être publiquement débattue. Préoccupé par le fait que des procès criminels grossiraient grandement ce problème, il était persuadé qu’on ne pouvait se fier à la presse pour en rendre compte de manière responsable. Finalement, la loi Punishment of Incest Act de 1908 fut votée grâce à deux amendements soumettant toute poursuite à l’accord du Directeur du ministère public et tout procès au huis-clos. L’article avance qu’à mesure que les procès se multiplièrent, la presse ne fut pas la seule à s’inquiéter de cette censure, mais que ce fut également le cas des juges. L’article s’interroge aussi sur les difficultés d’accès des sources historiques dans le domaine de l’inceste.

Détails

Langue : anglais
Numéro de fiche : 1328
Source : CrossRef: 2018-05-04
Type de fiche : Article de périodique
Création : 04/05/2018
Dernière modification : 16/11/2018
Statut WordPress : Publié