Votre recherche :

>> Recherche avancée
Livre

L’Inceste : anthropologie d’une entreprise de démolition systématique de la personne

Fiche mise à jour le 28 mai 2020

En bref

Auteurs : Sophie Perrin
Date de présentation : 2008

Description

Présentation de l'éditeur :

En dépit de quelques autres recherches, les violences sexuelles incestueuses restent peu étudiées en dehors du champ disciplinaire de la psychologie. Cet ouvrage, issu d’une recherche de master 1 en anthropologie, contribue à pallier ce vide. Il éclaire le fonctionnement des familles incestueuses et rend compte du fait que la démolition qu’est l’inceste est une démolition durable : les violences sexuelles incestueuses ont des conséquences à (très) long terme dans tous les domaines de la vie des victimes : travail, vie sociale, vie affective. L’auteure s’intéresse au vécu des incestées (dans cette recherche ce sont des femmes), à leurs parcours, en donnant une large place à leurs paroles.

Le second intérêt majeur de ce livre est qu’il donne des éléments de réflexion essentiels pour penser la subjectivité en sciences sociales, question fondamentale de ces disciplines. L’ouvrage montre ce qu’une personne singulière peut apporter à la connaissance, mais parle aussi des effets que peut avoir la réalisation d’une recherche sur celle/celui qui la mène, en plus des effets possibles du texte final sur les lecteurs/trices.

Sommaire :

(Sommaire du mémoire)

Introduction : étudier l’inceste : quelques raisons d’un choix

I – Panorama et perspectives

1) L’inceste : un phénomène important mais peu connu

2) Les travaux existant en anthropologie sur ce sujet

3) Mon questionnement et ma problématique de départ

II-Méthodologie et questionnements que cela suscite pour l’anthropologie

1) De l’observation participante au récit

2) De l’objectivité aux points de vue

III-Obstacles et rencontres

3) Mes relations avec le terrain, et ses difficultés (parfois) surprenantes pour moi

a. Ma première difficulté : moi

b. Ma seconde difficulté : autour de moi

c. Ma troisième difficulté : des associations paradoxales, ou « l’anthropologue-victime d’inceste » comme étrangeté ?

d. Une dernière difficulté : la mise au secret des incesté/e/s par leurs proches

4) Présentation des personnes avec qui j’ai eu des entretiens

5) Le cadre et ses garant/e/s légitimes

6) Mais au fait … une étude non psychologique de l’inceste est-elle pertinente ?

IV-Décrire la démolition … et ses suites

1) La vie de famille : ouvrons la porte et allumons la lumière

a. « Hitler, je l'avais à la maison »

b. Les rôles de l’argent

c. Les rôles des mères : absence de recours et efficacité de la honte

2) Les incestées et les hommes … mais aussi les femmes, et les ami/e/s

3) Le rôle du travail

4) Incestées et psychothérapies

5) L’inceste : une frontière floue, une hiérarchie des abus ?

6) Victimes d’inceste et Justice

7) La parole et ses effets : généalogies de l’inceste

Conclusion

Annexes

Note :

Ouvrage à paraître (2020) faisant suite à un mémoire de Master 1 présenté en 2008 à l'Université Lyon 2.

Détails

Genre : Mémoire
Langue : français
Format : bibliographie, annexes
Numéro de fiche : 413
Type de fiche : Livre
Création : 07/05/2020
Dernière modification : 28/05/2020
Statut WordPress : Publié